L’humiliation des Haïtiens continue chez nos voisins les Dominicains 

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
Photo : AFP
Écoutez cet article

La mauvaise gouvernance du pouvoir en place met à nu le vrai visage du pays, mais malgré cela il perd la face encore avec les diverses humiliations infligées aux ressortissants haïtiens dans d’autres pays, particulièrement en République dominicaine. 

Cela fait plusieurs années déjà depuis que les Haïtiens subissent des mauvais traitements en terre voisine et sont brutalement, horriblement rapatriés dans leur pays d’origine, Haïti. Aujourd’hui encore cette pratique continue malgré les divers appels lancés par des organismes de droits humains, et la sonnette d’alarme tirée par nous les Haïtiens. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Depuis bien avant l’“affaire Juan Bosch” en République dominicaine où plusieurs citoyens dominicains avaient gagné les rues pour protester contre la présence d’Haïtiens à Ciudad Juan Bosch, parmi d’autres zones en République dominicaine, les persécutions n’en finissent pas : chasse à l’homme, violence, stigmatisation, exploitation, racisme, brûlage de drapeau, protestation contre la présence de nos compatriotes sont quasi quotidiens en République dominicaine. 

Des Dominicains accusent les Haïtiens sur leur territoire de tous les maux, et ont parfois le plein support des agents de la Direction Générale de la Migration (DGM) qui ne font aucun rabais dans leur méthode de rapatriements. 

La DGM s’active depuis plus deux ans dans les recherches d’Haïtiens illégaux dans le but de les rapatrier en Haïti. Jour et nuit des agents traquent des clandestins et les entassent à bord de camions avec pour seul bien leurs vêtements. 

Jetés en prison les Haïtiens récidivistes 

En mai 2022, un parlementaire dominicain avait même rédigé un projet de modification de la loi générale sur la migration 285-04, et visait à définir et à punir l’entrée illégale d’étrangers en République dominicaine, étant entendu que la réglementation et le contrôle migratoires dans le pays sont un droit inaliénable et souverain de l’État, pour lequel le gouvernement doit orienter sa politique migratoire vers le renforcement de l’entrée légale des étrangers et le contrôle de l’immigration irrégulière. 

Si adopté, le projet de loi permettrait d’emprisonner et d’infliger des amendes aux récidivistes sans-papiers en RD. 

Le sénateur de la province d’Espaillat Carlo Gomez souhaitait que toute personne qui, après avoir été reconnue coupable d’entrée illégale en République dominicaine, rentre sans avoir obtenu l’autorisation serait punie du double peine précédemment infligée. 

Une situation lancée par la crise 

La détérioration des conditions de vie en Haïti et la négligence de l’État haïtien à garantir la sécurité sur le territoire sont les deux principales causes de l’humiliation du peuple haïtien. 

En République dominicaine, tant qu’aux États-Unis d’Amérique, des Haïtiens connaissent l’enfer des frontières voulant échapper à tout prix à la famine, l’insécurité, le chômage en Haïti. Malgré cela, ils espèrent trouver mieux ailleurs que dans leur patrie. 

Les dernières semaines de mobilisation contre le régime Tèt Kale n’a rien changé. De plus en plus d’Haïtiens traverse illégalement en République dominicaine même s’ils savent que les risques d’expulsions sont majeurs. Après tout mieux être partout sauf en Haïti. 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.