L’ONU exhorte les pays à envoyer des forces armées en Haïti

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice  - Rédacteur
l'onu exhorte les pays à envoyer des forces armées en haïti

L’ONU a appelé mercredi « tous les pays ayant la capacité de le faire » à envisager de toute urgence de participer à une force militaire internationale pour aider les autorités haïtiennes à rétablir la sécurité et à atténuer la crise humanitaire.

« C’est absolument essentiel pour qu’Haïti revienne à la stabilité institutionnelle et revienne sur la voie de la paix et du développement durable », a déclaré la secrétaire générale adjointe des Nations unies, Amina Mohammed, au Conseil de sécurité.

- Advertisement -
Ad imageAd image

En octobre dernier, le gouvernement du Premier ministre Ariel Henry a officiellement demandé à la communauté internationale d’envoyer une opération militaire pour aider à reprendre le contrôle de Port-au-Prince aux gangs armés qui contrôlent des zones importantes de la capitale et de ses environs.

En réponse, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a proposé de mettre en place une « force d’action rapide » composée de soldats d’un ou plusieurs pays, mais le projet ne s’est pas encore concrétisé.

Selon des sources diplomatiques, bien que plusieurs pays aient exprimé leur volonté de participer, jusqu’à présent, personne n’a été trouvé disposé à le diriger.

Les États-Unis et le Canada ont fait pression pour des pourparlers sur cette question, mais n’ont jusqu’à présent manifesté aucune intention de diriger l’opération.

Mais cependant, dans sa présentation hier devant le Conseil de sécurité, Mohammed a souligné que malgré la fin du blocus du principal terminal pétrolier de Port-au-Prince – qui avait multiplié le sentiment d’urgence – une intervention internationale est toujours nécessaire.

En ce sens, la représentante spéciale de l’ONU pour Haïti, Helen La Lime, a souligné que l’activité des gangs armés a atteint des niveaux record en novembre, avec au moins 280 homicides, le nombre le plus élevé jamais enregistré en un seul mois.

Jusqu’à présent cette année, il y a également eu plus de 1 200 enlèvements contre rançon – le double du nombre de 2021 – et les signalements de viols par des gangs se sont multipliés, qui, a-t-elle dit, « utilisent la violence sexuelle pour intimider et contrôler des communautés entières ».

En réponse à la situation dans le pays, le Conseil de sécurité a imposé en octobre des sanctions contre les gangs, y compris un embargo sur les armes, en plus des sanctions approuvées par des pays comme les États-Unis.

Pour l’instant, l’ONU a exclu l’envoi éventuel d’une nouvelle mission de maintien de la paix dans le pays, où elle avait déployé entre 2004 et 2017 des « casques bleus » censés avoir été à l’origine du déclenchement d’une épidémie de choléra qui a fait au moins des morts, environ 10 000 personnes.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Mackendy Filderice
Par Mackendy Filderice Rédacteur
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.