SANTÉ

Perdre quelques heures de sommeil suffit à vous mettre encore plus en colère 

Irrité ?  Frustré ?  Vous êtes sur le point de perdre votre sang-froid ?  Vous n’aurez peut-être pas le sommeil dont vous avez besoin. Une étude révèle que perdre deux heures de sommeil par nuit peuvent vous rendre moins capable de faire face à des situations frustrantes. Cela pourrait même intensifier des sentiments négatifs comme la colère. 

Alors que l’impact de la privation de sommeil sur l’anxiété et la tristesse est bien établi, une étude publiée dans le Journal of Experimental Psychology : General, prétend être l’une des premières à montrer que les personnes privées de sommeil sont plus sujettes à la colère. 

Dans l’étude, 142 participants ont été divisés en deux groupes.  Environ la moitié des personnes du premier groupe ont maintenu leur routine de sommeil normale, dormant près de sept heures par nuit, tandis que celles de la moitié restante ont raccourci leur repos, ne dormant que quatre heures et demie environ chaque nuit, imitant la perte de sommeil que de nombreuses personnes subissent dans la vie quotidienne normale. 

Les participants ont été invités à effectuer une tâche, évaluer les produits alors qu’ils se trouvaient dans une situation inconfortable. Les participants ont été forcés d’effectuer la tâche en écoutant soit un « bruit brun » (comme le bruit d’un jet d’eau) soit un « bruit blanc » (comme le son d’un signal statique).  Comme prévu, ceux qui ont perdu le sommeil ont réagi plus en colère en conséquence, a expliqué Zlatan Krizan, professeur de psychologie à l’Iowa State. 

Alors que la plupart des gens s’adaptent à des situations inconfortables, comme le bruit d’un chien qui aboie, les personnes privées de sommeil sont moins capables de faire face.  Selon Krizan, ils deviennent plus en colère dans des conditions frustrantes et sont moins capables de s’adapter. 

Advertisements

 Krizan a déclaré à CNBC Make It qu’il espère que les gens comprendront que même des doses modérées de perte de sommeil perturbent votre capacité à fonctionner émotionnellement. 

De futures études pourraient examiner la manière dont le manque de sommeil affecte d’autres domaines de la vie quotidienne, tels que les discussions sur le mariage ou la politique, dit Krizan. 

Savoir comment le sommeil affecte les émotions peut vous aider à mieux comprendre les réactions des autres.  De plus, prendre note de votre propre fatigue peut vous aider à travailler de manière plus productive au sein d’une

équipe. En fin de compte, comprendre la privation de sommeil nous aide à comprendre les situations difficiles, dit Krizan, et ce qui pourrait « conduire notre détresse ». 

Facebook Comments

Ravensley Boisrond
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia