POLITIQUE

Plusieurs mobilisations prévues pour forcer Ariel Henry à démissionner 

Le Premier ministre haïtien, Ariel Henry.Orlando Barria/EFE/SIPA

Haïti est contaminée depuis quelques temps par l’insécurité et les antidotes tardent à venir. Face à la situation, plusieurs mobilisations ont été prévues pour les jours à venir dans plusieurs coins du pays. Les promoteurs du Protocole d’Entente Nationale (PEN) envisagent de fouler le terrain dans les départements du Sud, du Nord et l’Ouest. 

Aux Cayes, au Cap-Haïtien et à Port-au-Prince, des membres de l’opposition et promoteurs du PEN vont intensifier leur mobilisation contre le pouvoir en place, respectivement les 25 et 30 juin, puis le 7 juillet 2022, date qui marquera le premier anniversaire de l’assassinat de Jovenel Moïse en juillet 2021. 

L’un des membres signataires – Youri Latortue, coordonnateur du parti Ayiti An Aksyon (AAA), a appelé la population haïtienne à rejoindre le mouvement pour dénoncer la détérioration de la situation socio-politique et sécuritaire d’Haïti. 

Advertisements

Selon lui, Ariel Henry et les signataires de l’Accord du 11 septembre sont indifférents aux cris de désespoir du peuple haïtien : insécurité, cherté de la vie, mauvaise gouvernance normalisée, corruption institutionnelle, empêchent le pays d’avancer. 

L’ancien député de la commune de Cerca-Carvajal, Arodon Bien-Aimé, sera aussi de la partie.  

En rappel, le 14 juin dernier des membres signataires de l’Accord Pen avaient exprimé leur satisfecit suite à d’une grande journée de mobilisation contre le régime PHTK et ses dérives. Ils espèrent regagner les rues pour appeler le Premier ministre de facto à quitter le navire de l’Exécutif.  

Facebook Comments

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.