Une simple démission des ministres sanctionnés n’est pas suffisante, selon Pierre Espérance

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
une simple démission des ministres sanctionnés n'est pas suffisante, selon pierre espérance
Écoutez cet article

Les États-Unis et le Canada ont imposé des sanctions à deux politiciens haïtiens, y compris le président du Sénat du pays, alors que Washington les accusait d’abuser de leurs positions pour faire du trafic de drogue et de collaborer avec les réseaux de gangs dans le pays.

Les sanctions visent le président du Sénat haïtien, Joseph Lambert et Youri Latortue, qui ont été président de la chambre de 2017 à 2018, ont déclaré le département du Trésor américain et le ministère des Affaires étrangères du Canada dans des déclarations distinctes.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Mais cependant, le directeur exécutif du Réseau National de la Défense des Droits humains (RNDDH), Pierre Espérance a fait savoir qu’une simple démission des personnalités sanctionnées par les Etats Unis et le Canada n’est pas suffisante.

En effet, pour le défenseur des droits humains, l’action publique devrait se mettre en mouvement pour connaître la vérité sur les faits reprochés les politiciens haïtiens sanctionnés.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.