« Yo paka bare n » : Michel Martelly, pourra-t-il refaire prestation en Haïti un jour ? 

Netalkole Media
Netalkole Media
Photo : Capture d'ecran video "Yo Paka Bare n"
Écoutez cet article

C’est pour quand la prestation de Michel Joseph Martelly en Haïti, s’interrogent certaines personnes, assoiffées de vengeance à l’égard de l’ancien président Tèt Kale. Des gens attendent avec impatience les prestations en Haïti de Michel Joseph Martelly – reconverti en artiste – pour lui lancer des propos injurieux et lui prouver par la même occasion à quel point ils le détestent.  

Depuis le mouvement révolutionnaire “KOT KÒB PETROKARIBE A” lancé le 14 août 2018 par le cinéaste Gilbert Mirambeau Jr sur Twitter, Micky connaît une descente aux enfers partout où il passe. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Autrefois musicien-chanteur aimé presque de tous pour son apparence vagabonde et comique, “El Michele Matala” ne fait plus rire personne avec ses sottises, à part ses éternels complices. 

En effet, Martelly est populaire par son impopularité auprès des Haïtiens à cause de son passé politique pollué par la corruption – avec bien sûr, et particulièrement, le gouvernement de Laurent Salvatore Lamothe – aujourd’hui un rival politique de “Michel”. 

Persona non grata à Jacmel, aux Gonaïves, dans des villes en République dominicaine, aux États-Unis, en France : ce nouveau costume lui colle à la peau, au point qu’il a été hué et chassé à plusieurs reprises aux États-Unis lors de ses bals, et en France récemment. 

Une partie de la communauté haïtienne ne réside plus dans les ténèbres de l’influence politique de ce dernier, et est à présent endiablée lorsqu’il s’agit de voire la “Tèt Kale” de Martelly tenir un micro pour chanter ou pour apporter un message “d’amour” et de “paix” au peuple haïtien. Surtout depuis qu’il est indexé dans l’assassinat de son poulain Jovenel Moïse, l’année dernière, par le Réseau National de Défense des Droits de Humains (RNDDH), de Pierre Espérance.  

À présent, Martelly est interdit de se produire dans plusieurs coins du monde, dont à Little Haïti, Brockton (États-Unis), à Sarcelles (France) : sa réputation va jusqu’à même gâter celles de ses fils Olivier, Xandro, Yani – categorisés de  

“petits voleurs” par les adversaires politiques du “président du Compas” : “ Yo rele bare vòlè dèyè yo tout kote” ! 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Restez informé(e) 7 jours sur 7, 24h sur 24, des événements marquants de l’actualité haitienne et internationale.