Après avoir signé avec Universal Music Africa, l’artiste guadeloupéen, Kemay, revient avec un nouveau son, « La Folie »

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
après avoir signé avec universal music africa, l’artiste guadeloupéen, kemay, revient avec un nouveau son, « la folie »
Écoutez cet article

Fraîchement signé avec le label Universal music Africa, le chanteur guadeloupéen Kemay,  a offert le 15 avril dernier, un nouveau son à son public, baptisé « La folie ».  

L’artiste est très heureux de ce nouveau partenariat avec le label Universal Music Africa, qui pour lui est le début d’une belle aventure qui lui permettra d’atteindre un nouveau public, et surtout de créer un pont avec l’Afrique. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Celui pour qui la musique est une passion, un métier, un vrai business et surtout un univers riche en apprentissage et émotions, raconte, dans sa nouvelle chanson, comment et pourquoi deux personnes décident de vivre leur amour caché du monde. 

Kemay fdesign

« Dans mon dernier single, La Folie, je parle d’une relation entre deux personnes dans le milieu du business ou de la musique, ils ont décidé de garder leur relation cachée. Donc en public, ils doivent faire attention et ne rien laisser paraître, alors qu’ils ont envie de s’embrasser, de se toucher. Comme dit le dicton, vivons heureux vivons cachés. Et en privé, c’est la Folie ! » explique le chanteur à notre rédaction  

Une décision prise par beaucoup de couples ces temps-çi, afin de protéger leur relation des réseaux sociaux, du mauvais œil, des jugements d’autrui et surtout de ceux qui pourraient tenter de détruire la relation ou y interférer. On ne détruit pas ce qu’on ne connaît pas, soutiennent-ils.  

Selon Kemay, garder sa relation secrète serait une solution pour se protéger et protéger la personne qu’on aime car malheureusement, dit-il, des personnes malveillantes peuvent essayer de nous faire du mal en s’en prenant à la personne qu’on aime. Donc en plein début, il serait préférable de garder la relation pour soi. 

« Quand on est en développement, le fait de garder son amour caché, ça peut nous permettre de nous protéger et de souder la relation pour l’avenir », a-t-il poursuivi. 

Kemay

La principale source d’inspiration de Kemay est la femme qui est très présente dans sa vie, car il est entouré de sa mère, des tantes, des cousines et de sa grand-mère. « Ce sont toutes des femmes fortes et belles, qui se sont affirmées où qui s’affirment. » Dit-il. Ses chansons sont une part de lui parce qu’elles sont écrites à partir de situations que lui ou ses proches ont vécues. 

Remerciant des partenaires qui ont travaillé avec lui à la réalisation de la chanson et du clip comme Willow Beatz, Dayan et Joboy, Kemay a annoncé, sans révéler plus de détails, la sortie prochaine d’un EP. 

Kemay a toujours vécu dans un univers musical : son oncle jouait de la flûte et reprenait des rythmes traditionnels, lui, il les reprenait avec un tambour et c’est ainsi raconte-t-il, qu’il a appris à jouer le tambour qui fut son premier contact avec un instrument. 

Son père écoutait religieusement de la musique et également de la musique haïtienne (troubadour, T-Vice) et c’est comme ça qu’il a commencé à chanter chez lui, si bien que depuis tout petit, le Guadeloupéen a développé une appréciation pour la culture haïtienne. Suite au séisme du 12 janvier 2010, Kemay a sorti un clip, « Petit Haïtien », en hommage à Haïti. 

« C’est un événement qui m’avait beaucoup touché vu que je vivais en Guadeloupe et que les séismes, on connaît bien ! J’en ai vécu quelques-uns, c’est effrayant. Donc je me suis dit que ce qui s’est passé en Haïti aurait pu nous arriver. J’ai laissé ma plume s’exprimer et ça a donné « Petit Haïtien ». 

Kemay raconte avoir été élevé avec des amis haïtiens de son père qu’il considérait comme ses oncles. Il a également des amis haïtiens, et se sent proche d’Haïti, bien qu’il n’y soit pas encore venu et espère le faire un jour. 

« La musique haïtienne, elle résonne dans mon cœur. Comme je t’ai dit, j’ai grandi avec elle, donc le troubadour et le compas, je kiffe ! Souvent je réécoute les albums que j’écoutais quand j’étais petit et ça me fait grave du bien. » 

Ce grand fan de la musique haïtienne souhaite un jour collaborer avec des artistes Haïtiens comme Phyllisia Ross, Oswald et Jason Derulo.    

Kemay remercie tous ses fans qui le suivent et qui lui donnent la force de continuer. Il souhaite défendre et faire rayonner la culture caribéenne le plus loin possible, car cette dernière est vraiment riche selon lui. 

« LA folie » est déjà disponible sur toutes les plateformes de streaming. 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.