Ariel Henry devient de plus en plus cynique et ne fait rien pour rendre justice à Jovenel Moïse, déclare Claude Joseph

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
Écoutez cet article

Claude Joseph l’ancien Premier ministre par intérim et également ex-ministre des affaires étrangères, s’exprime 10 mois après sur l’assassinat de Jovenel Moise. Ce mardi 2 Mai, via son compte Twitter, l’ancien premier Ministre critique sévèrement l’attitude du chef du gouvernement actuel, le Dr Ariel Henry, sur l’enquête relative à l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse. 

En effet l’ex premier ministre par intérim le Dr Claude Joseph s’empare de son compte Twitter ce mardi 2 mai pour critiquer l’actuel chef du gouvernement Ariel Henry, qui, selon lui affiche un comportement cynique, d’après l’ancien ministre des affaires étrangères le neurochirurgien est prêt à tout pour garder le pouvoir afin de fuir la justice de son implication dans le dossier relatif à l’assassinat du Président Jovenel Moïse l’année dernière.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

« Soupson ki gen sou do @Dr_ArielHenry nan asasina prezidan @moisejovenel fè l vin pi sinik. Fòk li toujou gen pouvwa pou l pa janm al reponn kesyon lajistis. Men apre 10 mwa, tout moun wè aklè ke Ariel se yon enkonpetan. Rezilta 10 mwa gouvènans, zero. Pa gen misyon, pa gen manda. » Lit-on sur le compte Twitter de l’ancien Premier Ministre Claude Joseph, qui affirme qu’il ne s’attend pas à ce que les procureurs américains, en vertu de la loi sur les procédures relatives aux informations classifiées, veuillent sceller des preuves sensibles dans l’affaire d’assassinat du président Jovenel Moïse. Avant d’ajouter « Je suis perplexe, mais je reste persuadé que tôt ou tard la lumière sera faite sur cette affaire. Nous avons besoin de vérité et de justice. »  

En outre, le Dr Claude Joseph précise que le gouvernement dirigé par le premier Ministre Ariel Henry ne pourra rendre justice à Jovenel Moïse. Selon lui, le président Ariel Henry ne fait rien pour résoudre l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, contrairement à lui, qui avait entamé des processus afin qu’un tribunal international indépendant puisse enquêter sur les causes et les auteurs de l’assassinat de Jovenel Moïse. 

« Et comme vous le savez, c’était mes principales démarches quand j’étais FM. J’avais demandé à l’ONU un tribunal spécial comme ils l’ont fait au Liban après l’assassinat du Premier ministre Rafic Hariri. N’est-il pas juste de se demander si la vie d’un président noir compte pour l’ONU ? », conclut M. Claude Joseph.

REDACTION : Mackendy Filderice 

COPYRIGHT : NETALKOLE MEDIA 2022  

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.