Ariel Henry devient de plus en plus cynique et ne fait rien pour rendre justice à Jovenel Moïse, déclare Claude Joseph

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
Écoutez cet article

Claude Joseph l’ancien Premier ministre par intérim et également ex-ministre des affaires étrangères, s’exprime 10 mois après sur l’assassinat de Jovenel Moise. Ce mardi 2 Mai, via son compte Twitter, l’ancien premier Ministre critique sévèrement l’attitude du chef du gouvernement actuel, le Dr Ariel Henry, sur l’enquête relative à l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse. 

En effet l’ex premier ministre par intérim le Dr Claude Joseph s’empare de son compte Twitter ce mardi 2 mai pour critiquer l’actuel chef du gouvernement Ariel Henry, qui, selon lui affiche un comportement cynique, d’après l’ancien ministre des affaires étrangères le neurochirurgien est prêt à tout pour garder le pouvoir afin de fuir la justice de son implication dans le dossier relatif à l’assassinat du Président Jovenel Moïse l’année dernière.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

“Soupson ki gen sou do @Dr_ArielHenry nan asasina prezidan @moisejovenel fè l vin pi sinik. Fòk li toujou gen pouvwa pou l pa janm al reponn kesyon lajistis. Men apre 10 mwa, tout moun wè aklè ke Ariel se yon enkonpetan. Rezilta 10 mwa gouvènans, zero. Pa gen misyon, pa gen manda.” Lit-on sur le compte Twitter de l’ancien Premier Ministre Claude Joseph, qui affirme qu’il ne s’attend pas à ce que les procureurs américains, en vertu de la loi sur les procédures relatives aux informations classifiées, veuillent sceller des preuves sensibles dans l’affaire d’assassinat du président Jovenel Moïse. Avant d’ajouter “Je suis perplexe, mais je reste persuadé que tôt ou tard la lumière sera faite sur cette affaire. Nous avons besoin de vérité et de justice.”  

En outre, le Dr Claude Joseph précise que le gouvernement dirigé par le premier Ministre Ariel Henry ne pourra rendre justice à Jovenel Moïse. Selon lui, le président Ariel Henry ne fait rien pour résoudre l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, contrairement à lui, qui avait entamé des processus afin qu’un tribunal international indépendant puisse enquêter sur les causes et les auteurs de l’assassinat de Jovenel Moïse. 

“Et comme vous le savez, c’était mes principales démarches quand j’étais FM. J’avais demandé à l’ONU un tribunal spécial comme ils l’ont fait au Liban après l’assassinat du Premier ministre Rafic Hariri. N’est-il pas juste de se demander si la vie d’un président noir compte pour l’ONU ?”, conclut M. Claude Joseph.

REDACTION : Mackendy Filderice 

COPYRIGHT : NETALKOLE MEDIA 2022  

Facebook Comments

Partagez cet article
Mackendy Filderice
Posté par Mackendy Filderice
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.