NATIONALSOCIÉTÉ

Des Haïtiens critiquent l’administration de Joe Biden pour avoir expulsé des migrants de la frontière du Texas

Des migrants haïtiens, environ 435 qui ont été expulsés vers Port-au-Prince ce dimanche 19 septembre à bord de trois vols américains de l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) ont critiqué leur traitement pendant leur détention.

“Ils ne nous ont laissé prendre aucun de nos biens. C’était comme être en prison, pas de nourriture, rien”, a déclaré Dieudonné Cassagne. Il a expliqué qu’il avait vécu au Chili avant de se rendre à la frontière du Texas. “Ce dimanche matin, ils nous ont réveillés tôt et ont dit:” Allons-y “puis nous avons réalisé qu’ils nous emmenaient à l’aéroport”, a-t-il déclaré.

Une femme qui a refusé de donner son nom a déclaré à NAK-MEDIA qu’elle vivait bien au Chili mais qu’elle n’avait pas de résidence légale, ce qui l’a incitée à partir. Elle a déclaré que les Haïtiens étaient traités différemment des autres migrants pendant la détention, et que les détenus du Venezuela, de la Colombie et du Nicaragua étaient autorisés à changer de vêtements sur demande. Sa demande a été rejetée, a-t-elle affirmé. Elle a également expliqué qu’elle portait la tenue qu’elle avait lorsqu’elle a été arrêtée par la patrouille frontalière il y a quatre jours.

“Mon problème c’est le fait qu’ils nous ont expulsés en tant que personnes sans famille (sans valeur), en tant que personnes qui ne sont pas intelligentes. Il n’y avait personne pour nous défendre”, a-t-elle déclaré. Ils devaient nous remettre un document déclarant qu’ils allaient nous expulser que nous devions signer. Mais nous ne l’avons pas reçu.

Ils ont signé le document eux-mêmes. Ils ont pris nos passeports et ne les ont pas rendus à l’aéroport du Texas. Ils l’ont été ramenés que sur le vol vers Port-au-Prince », a-t-elle ajouté.

L’administration Biden avait annoncé samedi sa décision d’expulser des milliers de migrants haïtiens regroupés sous le pont à Del Rio, au Texas, à la frontière américano-mexicaine. Le nombre de migrants là-bas a dépassé les ressources de la patrouille frontalière pour les servir, ont déclaré les autorités frontalières.

Advertisements

Le chef de la patrouille frontalière américaine, Raúl Ortiz, a déclaré que 3 300 migrants haïtiens avaient été détenus au cours du week-end et que les autorités s’attendaient à davantage d’arrestations. Ortiz a averti dimanche aux migrants qu’ils seraient expulsés en vertu de l’article 42, une loi sanitaire de 1944 invoquée sous l’administration Trump par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis pendant l’épidémie de coronavirus et maintenue par Biden. La loi interdit aux migrants d’entrer aux États-Unis pour des raisons de santé publique. A-t-on appris a NAK-MEDIA

Jean Negro Bonheur Delva, chef du bureau des migrations en Haïti, a déclaré à NAK-MEDIA que les noms des migrants seront inclus dans un registre avec leurs coordonnées afin que les employés de l’Office national des migrations (ONM) puissent faire un suivi avec eux. Il a également ajoute qu’ils recevront de l’argent pour recommencer leur vie en Haïti.

« Ces gens que vous voyez vont être accompagnés à la gare routière et ils vont leur donner de l’argent par exemple, aujourd’hui nous leur donnons 10 000 gourdes (environ 100 dollars), par personne et qu’est-ce que cela signifie ? Ces gens seront accompagnés par des employes de l’ONM à la gare routière afin qu’ils puissent retourner dans leurs villages respectifs », a déclaré Jean Negro Bonheur Delva.

Toute personne malade sera orientée vers les hôpitaux locaux et l’ONM fera de son mieux pour apporter d’autres soutiens, a-t-il ajouté.

La nouvelle de l’expulsion a provoqué la colère des Haïtiens, qui se sont tournés vers les médias sociaux pour exprimer leur tristesse, leur dégoût et leur déception face à l’administration Biden, Ce lundi selon les informations qui nous sont parvenues à NAK-MEDIA un vol de transport des migrants Haïtiens arrive déjà à l’aéroport international Toussaint Louverture.

Facebook Comments

Ravensley Boisrond
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia