NATIONAL

Haïti, nouvelle journée de protestation : Quelle sera la fin par la suite ?

Ce lundi 25 octobre, s’annonçait plutôt spéciale, Port-au-Prince s’est réveillé dans un calme, les rues sont presque désertes. Seuls les taxis moto assurent le trafic à un coût exorbitant. Haïti est dans une situation inédite. Un gallon de gazoline se vend à deux mille gourdes, voir 2500 gourdes.  

Une nouvelle journée de grève générale paralyse à nouveau la totalité des activités, mais la question est : « Quelle sera la fin par la suite ? » 

La situation est inacceptable, le coût des produits ne cesse de grimper, particulièrement le mini sac de riz dont le prix a presque triplé, témoigne un marchand nourriture. La rareté de certains produits implique une augmentation considérable des prix. 

Parallèlement, le prix régulier des courses a doublé, tel est le cas du trajet Pétion Ville – Delmas / Delmas – Pétion – Ville qui est passé de 25 à 50 gourdes, le prix des minibus assurant le trajet Portail Léogane – Delmas vice-versa est actuellement fixé à 50 gourdes. Les taxis moto exigent 5 à 6 fois le prix d’une course normale, c’est plus qu’une arnaque. 

Nombreux sont les chauffeurs et particuliers qui témoignent de la montée exorbitante du prix du gallon de gazoline, la vente est un peu compliquée car les autorités font la chasse aux sorciers contre les marchands informels mais rien contre la situation qui se déchaîne dans les stations d’essence. 

L’opposition, éternelle défenseure de la population jouit d’une telle aisance avec le gouvernement d’Ariel Henry qu’elle ne parle que pour démontrer son pouvoir non pour défendre la cause du peuple comme le disait si bien André Michel qui selon ses dires, révoque et remplace des fonctionnaires de l’État. 

À noter qu’André Michel, ce militant très connu du Secteur Démocratique et Populaire a été repéré dans les parages de l’aéroport Toussaint Louverture, valise de voyage en mains, avec sans doute un projet de quitter Haïti. 

Cette journée de grève est la première d’une série annoncée jusqu’au premier novembre 2021 date de répit, les protestataires annoncent la reprise le 3 novembre si le gouvernement ne se résout pas à intervenir et à entreprendre des actions concrètes contre l’insécurité et la pénurie d’essence. 

Des messages de menace, de gens non-identifiés sont véhiculés sur les réseaux sociaux, plutôt inquiétant quand on sait qu’Haïti a déjà recensé plus de cent cinquante groupes de gangs armés qui recrutent de nouveaux jeunes afin de grossir leur rang. La suite peut s’avérer amère si une décision n’est pas prise dans un bref délai. 

 

Facebook Comments

Revital Lynch
Ray est un jeune web entrepreneur et journaliste évoluant dans le monde du multimédia. Il est un passionné de la technologie et de ses sciences connexes.