La statue de Rosalie, noire et militante contre le rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte, inaugurée à Paris 

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
Photo : Mademoiselle
Écoutez cet article

À Paris jusqu’à mardi dernier, les statues de femmes noires étaient inexistantes. A l’occasion de la journée nationale des mémoires de la traite le 10 mai dernier, la statue de Rosalie, mieux connue sous le nom de mulâtresse solitude a été dévoilée. Pour la première fois, une femme noire est représentée en statue à Paris dans un espace public.  

Mulâtresse solitude était la fille d’une esclave africaine déportée aux Antilles et fut esclave, avant la première abolition de l’esclavagisme en 1794. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Elle est une figure emblématique de la lutte contre l’esclavage en Guadeloupe et un symbole de résistance, quand en 1802, elle a lutté contre une loi de Napoléon Bonaparte qui a missionné ses troupes coloniales, afin de rétablir l’esclavage aux Antilles.  

Condamnée pour ses actes de rébellion, elle à été exécutée la même année, au lendemain de son accouchement.  

La sculpture, inaugurée dans un jardin portant le nom Solitude, situé dans le 17 ème arrondissement de Paris, est réalisée par Didier Audrat, et la représente avec le poing droit levé, serrant la déclaration de Louis Delgrès tandis que son autre main est posée sur son ventre rond. L’idée était d’illustrer l’histoire de cette révolutionnaire à travers son portrait.   

Le maire de Paris, Anne Hidalgo a précisé que cette initiative ne serait pas la dernière et qu’elle souhaite montrer d’autres emblèmes féminins d’Outre-Mer qui ont joué un rôle clé dans la lutte pour la liberté et l’égalité.  

Facebook Comments

- Advertisement -
TAGGED: , ,
Partagez cet article
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.