Le GTS exhorte le gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles pour lutter contre l’insécurité en Haïti  

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
Écoutez cet article

Dans une note rendue publique dont a pris connaissance Netalkole Média, le Groupe de travail sur la sécurité (GTS), exhorte les autorités gouvernementales à employer des mesures exceptionnelles face à l’aggravation de l’insécurité criminelle notamment dans la région métropolitaine. 

En effet, face à cette situation de terreur qui règne dans la zone métropolitaine, le GTS invite le gouvernement à employer urgemment des mesures afin de combattre le problème d’insécurité à travers la capitale et ses zones avoisinantes. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Le GTS dit, devant ce danger imminent s’empresse d’attirer l’attention des autorités sur le fait que l’activisme des gangs armés sur l’axe routier Martissant/ Fontama a déjà provoqué au niveau de la Capitale haïtienne des situations de rareté ou d’inflation sur certains biens de premières nécessités, dont le carburant et les produits alimentaires. Le GTS souligne également la mainmise des hommes de “400 Mawozo” sur les quartiers de l’entrée nord de la Capitale qui constitue une menace très grave pour les entreprises commerciales de la zone, les infrastructures portuaires et les recettes douanières. 

Cependant, dans le souci d’apporter une solution aux problèmes d’insécurités dans le pays, le GTS invite le chef du gouvernement Dr Ariel Henry à adopter des mesures exceptionnelles telles que : 

  1. “Décréter l’État d’urgence sécuritaire pour une durée d’un mois sur toute l’étendue du territoire ;      
  2. Appeler les résidents des zones exposées à des affrontements entre la PNH et les gangs à se mettre à l’abri pendant la durée des interventions ;  
  3. Constituer une «Task force opérationnelle » d’au moins 500 policiers, regroupant prioritairement des Policiers du SWAT, de la BRI et des UDMO, etc., ayant été soumis au préalable à un Vetting ;  
  4. Renforcer les contrôles au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine et y déployer le BLTS ainsi que dans tous les ports du pays afin d’empêcher les gangs de se ravitailler en armes et munitions sur l’extérieur ;  
  5. Contrôler de façon stricte, avec le support des UDMO, les déplacements et transports interdépartementaux de sorte à prévenir toute tentative de renfort venant d’autres régions au profit des gangs de la Capitale ; 
  6. Accorder aux policiers le droit de fouille ou de perquisition contre tous les véhicules d’immatriculation officielle ; 
  7. Suspendre tous les régimes d’immunités des grands commis de l’État ;  
  8. Renforcer les règles d’engagements de la PNH de sorte à empêcher que des éléments civils à la solde des gangs n’envahissent les périmètres des véhicules blindés afin de les neutraliser et livrer les policiers aux mains des gangs ; 
  9. Mobiliser des fonds d’opération substantiels et des primes de risque exceptionnelles pour permettre aux policiers engagés frontalement dans la lutte contre les gangs armés à demeurer en permanence sur place afin de consolider les territoires reconquis ; 
  10. Réquisitionner des banques de sang et des personnels médicaux spécialisés pour assurer une prise en charge diligente et efficace des policiers blessés au cours des opérations antigangs ; 
  11. Instituer une chambre d’instruction et un parquet national pour poursuivre les membres des gangs armés, ainsi que tous les individus suspectés de les avoir soutenus ; 
  12. Adopter tout autre droit dérogeable et toute autre mesure exceptionnelle susceptibles de contribuer à l’efficacité de la lutte contre les gangs armés” écrit le GTS dans la note. 

REDACTION : Filderice Mackendy 

COPYRIGHT : NETALKOLE MEDIA 2022 

 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.