NETALKOLE

Les 11 plus jeunes chefs d’états dans le monde

« L’âge n’est qu’un nombre » ! Certains répètent souvent cette phrase surtout pour justifier qu’une tierce personne soit en mesure de prendre quelques responsabilités, malgré leur jeune âge. Cependant, pour les postes politiques, les gens ont toujours tendances à faire confiance aux candidats les plus âgés aux dépends des sang frais, sous prétexte que ces derniers n’ont pas du tout ou ont moins d’expériences. Mais dans certains pays, ce sont les jeunes qui sont au timon des affaires de l’état.

Faisons donc connaissance des 11 plus jeunes dirigeants et chefs d’états dans le monde :

Giacomo Simoncini

Âgé de 27 ans, premier président à prendre ses fonctions avant 30 ans, Giacomo est le président de la république de Saint Martin depuis le 1er octobre 2021. Il n’avait alors que 26 ans. Il est né et élevé à Bargo Margior à Saint Martin. Il est pharmacien et a également travaillé comme professeur de chimie. À 18 ans, il rejoint le parti socialiste saint-marinais et devient membre du bureau exécutif, une année plus tard.

Il a, auparavant, occupé plusieurs postes de directions et suite aux élections politique de 2019, il est devenu membre du grand conseil général de l’alliance électorale “nous pour la république”. Depuis 2017, il a été membre du conseil d’administration du SS Murata et manager de l’équipe nationale de futsal de Saint-Martin en 2018.

Gabriel Boric

Nouveau président du Chili, fraîchement investi dans ses fonctions, Gabriel Boric a 35 ans.

Figure du mouvement étudiant de 2011, il est élu député en 2014, et consacre son mandat à la défense des droits de l’homme, à la lutte contre les conflits d’intérêts et à la réduction des indemnités parlementaires. Il est élu président en tant que candidat de la coalition de gauche radicale Apruebo Dignidad à l’élection présidentielle de 2021, qu’il a remportée au second tour face au candidat d’extrême droite José Antonio.

En plus d’être un jeune leader, Gabriel Boric est le président avec un gouvernement majoritairement féminin.

Sanna Mirella Marin

36 ans, présidente du Parti social-démocrate de Finlande et première ministre de ce pays, depuis le 10 décembre 2019.

Elle a été conseillère municipale, députée à l’Eduskunta trois ans plus tard et ministre des Transports en 2019, du gouvernement de coalition du social-démocrate Antti Rinne. À la suite de la démission de ce dernier, elle prend sa succession en décembre 2019.

Lors de sa prise de fonction en 2019 alors âgée de 34 ans, elle est devenue la plus jeune personne à diriger le gouvernement dans l’histoire finlandaise.

Mahamat Déby, 38 ans

Après la mort de son père Idriss Déby en avril 2021, Mahamat Deby devient président du Conseil militaire de transition et président de la République de Tchad.

Son père l’avait fait affecter à la Direction générale de service de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), la garde prétorienne du régime en tant que commandant adjoint du groupement d’infanterie.

Sa première expérience au combat a lieu en avril 2006, lorsque les Forces unies pour le changement (FUC) de Mahamat Nour Abdelkerim lancent un raid sur la capitale du Tchad. Il est promu au grade de commandant.

En mai 2009, il est nommé général de brigade et participe à la bataille victorieuse d’Am-Dam contre une coalition de groupes rebelles menée par Timan Erdimi, dans l’est du Tchad. En 2012, il est nommé à la tête du groupement no 1 de la DGSSIE (sur trois groupements), chargée de la sécurité du palais présidentiel.

En 2013, il est nommé au poste de commandant en second des Forces armées tchadiennes en intervention dans le nord du Mali, sous les ordres du général Oumar Bikomo. Il a également participé à la bataille de Tigharghâr.

Le 20 septembre 2014, Mahamat Idriss Déby est nommé directeur général de la DGSSIE. En octobre 2018, il est élevé au grade de général de corps d’armée.

Kim Jong Un, 39 ans

Le chef suprême de la Corée du Nord a pris fonction, âgé de 29 ans, à la mort de son père.

Advertisements

Le dictateur Nord-Coreen est nommé général quatre étoiles et vice-président du Comité de la défense nationale. À la fin de l’année suivante, à la suite de la mort de son père, il est proclamé commandant suprême de l’Armée populaire de Corée et prend ses fonctions de président du Parti du travail de Corée. En 2012, il est nommé président du Comité de la défense nationale.

En août 2019, suite à une réforme constitutionnelle, il devient le chef de l’État officiel de Corée du Nord. En janvier 2021, il est nommé secrétaire général du Parti du travail de Corée, remplaçant ainsi son père à ce poste.

Assimi Goïta 39 ans

Goïta était président du Comité national pour le salut du peuple du 19 août 2020 au 18 janvier 2021, puis chef de l’État du Mali du 24 août au 25 septembre 2020, à la suite d’un coup d’État et vice-président de la Transition depuis le 25 septembre 2020.

Étant demeuré l’homme fort du pays, il reprend officiellement la tête du Mali en mai 2021.

Irakli Garibashvili 39 ans

Premier ministre de Géorgie, de 2013 à 2015 et à nouveau depuis février 2021. Il a pris ses fonctions à 31 ans.

Le 2 novembre 2013, il est choisi par Ivanichvili pour être son successeur au poste de Premier ministre et il est investi par le Parlement le 20 novembre suivant. Il présente sa démission le 23 décembre 2015. Une semaine plus tard, Guiorgui Kvirikachvili lui succède.

En février 2021, Irakli Garibashvili est de nouveau désigné Premier ministre de Géorgie, à la suite de la démission de Guiorgui Gakharia.

Nayib Bukele 40 ans

Homme politique et homme d’affaires Salvadorien, Nayid est président de la république du Salvador depuis 2019.

Membre du Front Farabundo Martí de libération nationale à partir de 2012, il est élu maire de la municipalité de Nuevo Cuscatlán en 2012 avec 49,72 % des voix. En 2015, il est élu maire de la capitale, San Salvador, avec 48,47 % des voix. Il est exclu du parti en 2017 après avoir lancé une pomme au visage d’une conseillère municipale.

Il se présente comme candidat de la Grande alliance pour l’unité nationale (GANA), un parti conservateur classé au centre droit, à l’élection présidentielle de 2019. S’affichant comme un anti-système, il domine le débat en se focalisant sur l’importante criminalité due notamment aux gangs, ainsi que sur la pauvreté que connaît le pays.

Jacinda Ardern, 41 ans

Première ministre de la Nouvelle Zélande, Jacinda est membre de la chambre des représentants depuis 2008. Elle devient chef du Parti travailliste de la Nouvelle-Zélande le 1er août 2017 et se trouve à ce titre, à la tête de l’opposition.

Après les élections législatives du 23 septembre 2017 où son parti obtient 35,7 % des suffrages, elle parvient, en octobre, à un accord avec le parti Nouvelle-Zélande d’abord et avec le Parti vert pour former un gouvernement de coalition. Jacinda Ardern devient ainsi Première ministre de son pays, la seconde plus jeune personne et la troisième femme à occuper ce poste en Nouvelle-Zélande.

Luvsannamsrain Oyun-Erdene, 41 ans

Luvsannamsrain est membre du Parti du peuple mongol et Premier ministre de ce pays depuis le 27 janvier 2021.

Entre 2011 et 2014, il préside l’organisation de jeunesse du Parti du peuple mongol. En 2016, il est élu au Grand Khoural, le parlement mongol. En février 2019, il est nommé chef du secrétariat du cabinet du gouvernement avec rang de ministre.

Après la démission du Premier ministre Ukhnaagiin Khürelsükh et de son gouvernement en janvier 2021, il est proposé pour le succéder par le Parti du peuple mongol qui dispose de la majorité absolue au parlement. Sa candidature est approuvée par le Grand Khoural le 27 janvier 2021.

Tamim Bin Hamad Al Tami, 41 ans

Emir du Quatar depuis 2013, il est nommé sixième souverain le plus riche du monde par le magazine Forbes, avec une fortune estimée à près de 2,5 milliards de dollars.

Le 5 août 2003, à la faveur d’une modification de l’ordre de succession, il est désigné comme héritier présomptif de l’émirat au détriment de son frère aîné Jassem et est nommé commandant en chef adjoint des forces armées.

Durant l’exercice de ses fonctions d’héritier présomptif, il a présidé un certain nombre d’instances et de conseils supérieurs dans différents domaines, à savoir le Conseil supérieur de l’éducation, le Conseil supérieur de la santé, le Conseil supérieur pour l’environnement et les réserves naturelles, le Conseil supérieur aux technologies de l’information et de la communication, le Conseil d’administration de l’Autorité d’investissement du Qatar, le Comité suprême pour la planification du développement, le Conseil de direction de l’Université du Qatar et le Qatar Leadership Center.

Après avoir progressivement préparé sa succession en l’impliquant dans les dossiers les plus importants, son père, l’émir Hamad ben Khalifa Al Thani, de santé fragile, annonce le 25 juin 2013 son abdication en sa faveur, faisant de lui, à 33 ans, le plus jeune chef d’État du monde arabe.

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.