« Les États-Unis détestent les Haïtiens beaucoup plus que la France ne nous déteste », a déclaré M. Rébu

Witson Beaujour
Witson Beaujour  - Rédacteur
les États unis détestent les haïtiens beaucoup plus que la france ne nous déteste, a déclaré m. rébu

Une fois encore, M. Rébu a exprimé son adhésion au consensus Montana-Pan et sa conviction que sous Ariel Henry, il n’y aura pas de solution permanente à la crise.

Suite à l’annonce officielle par les Etats-Unis et le Canada d’une série de sanctions touchant directement les sénateurs Joseph Lambert et Youri Latortue, un groupe d’experts, dont les deux principaux concernés, s’est réuni samedi matin à Ranmase pour discuter de la question.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Dans sa présentation, Himler Rébu, ancien officier des Forces Armées d’Haïti (FAd’H), a énuméré les obstacles directs et indirects que les Haïtiens ont rencontrés et surmontés depuis la guerre d’indépendance jusqu’à nos jours ». Les relations américano-haïtiennes sont fondées sur la haine. Les Américains détestent les Haïtiens », a déclaré M. Rébu, qui a néanmoins reconnu « leur importante contribution en bloquant les navires ennemis pour faciliter la lutte de l’armée indigène ».

 » Les Américains nous détestent plus que la France, qui a perdu la guerre d’indépendance. À leurs yeux, notre victoire était un danger pour les 28 millions de Noirs d’Amérique. Le colonel Himler-Rebu a rappelé la déclaration du président Roosevelt exhortant ses compatriotes à « diviser et conquérir ce peuple ».

Rébu a révélé que « les Etats-Unis ont acheté l’intervention de 1994 aux militaires » en demandant au Canada de renoncer à son projet d’occuper le territoire du pays dans le seul but de soutenir le régime corrompu dénommé « Tèt Kale ». Toute intervention militaire en Haïti risque de repartir en vrille, la haine y est permanente et les États-Unis n’aiment pas les Haïtiens.

« Yo rayi tout moun ki konn li an Ayiti« , a-t-il dit, « Yo vle  eleksyon pou mete menm volè yo », faisant référence à une mission spéciale confiée au Dr Ariel Henry, arrivé au pouvoir par un simple tweet et qui se considère désormais comme un monarque.

Pour sa part, Me. Sonet Saint-Louis, également invité de l’émission Ranmase, animée par le journaliste Jean Monard Métellus, a déclaré que « les relations entre les États-Unis et Haïti ont toujours été marquées par des périodes de domination et de brutalité. Nous devons changer notre paradigme car nous ne sommes pas toujours dignes de la communauté internationale », a-t-il ajouté.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Witson Beaujour
Par Witson Beaujour Rédacteur
Witson Beaujour, journaliste-rédacteur, chanteur, musicien et mécanicien industriel. Passionné de reportages, de documentaires et de lecture.