Menaces, assassinats, impunité. Le lot de tracas des journalistes à travers le monde  

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
Écoutez cet article

Liberté de la presse, une phrase qui ne semble exister que sur le papier car partout dans le monde, les journalistes sont tués ou emprisonnés pour avoir faits leur travail. 

Malgré que le taux de meurtres des journalistes ait considérablement baissé durant l’année écoulée, ils ne restent pourtant pas exempts de tout souci : ils sont encore sujet à des menaces dans l’exercice de leur travail.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

Selon l’observatoire de l’UNESCO des journalistes assassinés, 55 meurtres de journalistes en 2021 a été recensé. Deux tiers d’entre eux ont été réalisés dans des pays où il n’y a aucun conflit armé, alors qu’en 2013, les deux tiers des meurtres à leurs encontre étaient réalisés dans des pays en conflits. Ce qui montre que les journalistes ne sont pas en sécurité peu importe le lieu où ils exercent. 

“Une fois encore en 2021, beaucoup trop de journalistes ont payé le prix ultime pour révéler la vérité. À l’heure actuelle, le monde a plus que jamais besoin d’une information indépendante et factuelle. Nous devons faire davantage pour que ceux qui travaillent sans relâche pour fournir cette information, puissent le faire sans crainte.” 

À déclaré Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.  

La majorité des assassinats a eu lieu en Asie-Pacifique, avec 23 meurtres, et en Amérique latine et les Caraïbes, avec 14 meurtres. 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies, qui a la charge de garantir la liberté d’expression et la sécurité des journalistes dans le monde entier. Elle coordonne également le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité. 

Quand ils ne sont pas tués, les journalistes sont victimes d’emprisonnement, d’attaques physiques, d’intimidation et de harcèlement surtout lors des manifestations. Et les femmes journalistes sont sujettes à des violences et harcèlement en ligne : 3 quarts de victimes ont été recensées en avril dernier, selon un rapport publié par l’UNESCO.  

Le problème de l’impunité pour ces crimes reste pour le moins très important. 87% des meurtres de journalistes survenus depuis 2006 ne sont toujours pas résolus. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Posté par Sam Sarah Devilus
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.