ENQUÊTE

Pierre Espérance, la cible d’un vaste plan d’assassinat

Dans une correspondance adressée à la Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH), l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains a annoncé qu’il existe en Haïti un vaste plan d’assassinat à l’encontre de Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH). Selon cette correspondance, dont la rédaction NetalkoleMedia a eu copie, ce plan aurait mis en place par des bandits armés et hommes politiques haïtiens bien connus. 

Une situation combien inquiétante, l’Observatoire lance ce cri d’alarme à la FIDH afin que ce plan macabre, visant le défenseur des droits humains ne soit pas arrivé à exécution. Selon les propos recueillis dans cette correspondance, une rencontre avait eu lieu le 13 mars dernier, dans les hauteurs de Kenscoff, entre « une dirigeante influente du Parti Haïtien Tèt Kale et 13 autres personnes non identifiées », les discussions s’étaient portées sur des attaques à l’encontre des membres du RNDDH et aussi l’assassinat de Pierre Espérance. Les membres de cette structure de défense des droits humains auraient été pris pour principale cible en raison de ses nombreuses dénonciations, notamment au sujet des massacres dans les quartiers populaires entre 2018 à 2021. L’Observatoire a aussi fait savoir que, la dernière position prise par le RNDDH sur l’assassinat du président Jovenel Moïse constitue, entre autres, une raison de plus de vouloir s’attaquer au Réseau National de Défense des Droits Humains. 

Parmi les personnes ayant été à cette réunion, certains d’entre eux ont rencontré par la suite certains chefs du regroupement G-9 an Fanmi e Alye, parmi lesquels, l’ex policier Jimmy Chérizier, dit Barbecue. « Lors de cette rencontre, une importante somme d’argent liquide, des armes de gros calibre, des munitions et un lot d’équipement dont des gilets pare-balles et des casques de protection ont été remis aux cinq hommes », a affirmé l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains. 

Toutefois, L’organisme de défense des droits humains regrette que, malgré toutes ces menaces proférées à l’encontre du RNDDH, aucunes suivies n’ont été faites par les autorités policières et judiciaires. « Le 18 mars 2022, après avoir été informé de ces faits par une personne ayant assisté à la rencontre, le RNDDH a adressé une lettre de plainte à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) dénonçant ces menaces et demandant l’ouverture d’une enquête », se plaint l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains. 

Advertisements

Cette situation survient à un moment où l’insécurité en Haïti a atteint son paroxysme et que l’État est pratiquement failli à sa mission de garantir le droit à la vie des citoyens. Face à cette inquiétude, l’Observatoire interpelle la Fédération Internationale pour les Droits Humains  à vite se pencher sur le cas du directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance face à ces menaces en demandant aux autorités haïtiennes de «procéder à une enquête prompte, exhaustive, impartiale et transparente afin d’identifier tous les responsables de la planification d’assassinat et des menaces de mort susmentionnées et de les sanctionner conformément à la loi», pouvons-nous lire dans cette correspondance adressée à cette organisation internationale de droits humains.  

REDACTION : Jacky Chéry 

COPYRIGHT : NETALKOLE MEDIA 2022

Facebook Comments

Jacky Chery
Étudiant en Communication Sociale et en Sciences Juridiques à l'UEH, également Journaliste-redacteur à Netalkole Media. Un passionné de l'écriture et de la lecture.