Pluie de sanctions des États-Unis et du Canada, Laurent Lamothe cherche à s’abriter

Revital Lynch
Revital Lynch
pluie de sanctions des États unis et du canada, laurent lamothe cherche à s'abriter
Écoutez cet article

Les politiciens haïtiens font l’objet de sanctions imposées par les gouvernements canadiens et américains, des noms de plusieurs parlementaires figurent sur une liste dont les deux gouvernements publient comme une périodique. La dernière publication datant du 20 Novembre, indexe l’ancien président Michel Martelly et deux de ses ministres, Jean Henry Céant et Laurent Lamothe. À l’instar de certains acteurs politiques indexés par la liste, Laurent Lamothe cherche à se disculper.

Le Dimanche 20 Novembre 2022, le Canada a poursuivi la publication de sa fameuse liste qui mouille politiciens et chefs de gangs comme une pluie torrentielle, elle avait déjà indexé le président du Sénat, Joseph Lambert, c’est au tour de l’ex président Martelly et de ces ministres Céant et Lamothe d’y figurer. Le premier ministre Laurent Lamothe ne se contente pas seulement d’être noyé dans l’océan du choc et de la stupéfaction comme son homologue et pair, Céant, il a lancé une campagne médiatique, il a été radio Mega et ce mardi 22 novembre, il s’est entretenu avec Valerio Saint Louis sur la Voix de l’Amérique pour tenter de se disculper.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Les démarches de Lamothe vont jusqu’à la publication d’une note dans laquelle, l’ex premier ministre juge absurde la décision du gouvernement canadien qui lui reproche d’être de mèche avec les gangs qu’il finance et qu’il soutient des activités criminelles. Selon la note de l’ancien chef de la primature, l’enquête qui l’a placée au coeur de cette affaire ne se base sur aucun fait réel ni vérifiable.

Accusé de trafic d’armes par l’ancien député Arnel BélizaireLamothe a publié, sur son compte sur le réseau Twitter, des copies de documents où il présente sa justification de sa dernière commande d’armes, dont la dernière livraison a eu lieu en août 2013, au nom du PNH, les documents font état de commande de trois lots de Galil soit un total de 1 000 fusils (200/500/300) fournis par l’Israël et qui ont transité par la Canada.

Lamothe a déclaré lors de son entretien sur la Voix de l’Amérique qu’il était l’ennemi numéro un des gangs et il a martelé, sans hésiter, qu’au cours de ses 31 mois d’administration, le taux de criminalité était de zéro. Il a même qualifié la manœuvre du Canada de blague de mauvais goût. Il met en doute la qualité de l’enquête et estime qu’il s’agit d’un lynchage politique compte tenu des éléments qui ont fournit certains renseignements. L’ancien Premier ministre dit qu’il mène aussi sa propre enquête et qu’avec ses avocats, il fera éclater la vérité.

Il ramène toute l’affaire à une question de ciblage politique et a même évoqué un rapport avec sa position sur la question de l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moise. Il a avoué au journaliste Valerio Saint-Louis que c’est une manœuvre pour l’évincer de la scène politique et le dissuader de sa position dans l’affaire de l’assassinat du Président Moise.

Pour rappel, Laurent Lamothe et Michel Martelly avaient déjà été impliqués en 2021 dans un scandale, l’affaire Pandora Papers. Une enquête menée par 600 journalistes dans 117 pays, sur la corruption, le blanchiment d’argent et les biens mal acquis.

À noter que les sanctions du Canada, des États Unis et des Nations Unis ne visent pas que les éléments qui sont de mèche avec les gangs mais aussi ceux qui sont impliqués dans la corruption, le blanchiment d’argent ainsi que le trafic de stupéfiants.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Ray est un jeune web entrepreneur et journaliste évoluant dans le monde du multimédia. Il est un passionné de la technologie et de ses sciences connexes.