Réouverture des tribunaux : L’OPC déplore les conditions de détention dans les centres d’incarcérations 

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
réouverture des tribunaux l'opc déplore les conditions de détention dans les centres d’incarcérations
Écoutez cet article

L’Office de la protection du citoyen (OPC), dans une note de presse publiée le dimanche 2 octobre 2022, rappelle que ce lundi 3 octobre 2022, coïncide avec la réouverture des Tribunaux sur l’ensemble du territoire national en vertu de l’article 75 du décret du 22 août 1995 et dénonce les conditions inhumaines dans lesquelles se trouvent les détenus dans les prisons. 

En effet, ce lundi 3 octobre 2022 est le premier lundi d’octobre pour le début de la nouvelle année judiciaire. Malheureusement, en raison de diverses circonstances, notamment l’insécurité généralisée, le dysfonctionnement de la Cour de cassation, la paralysie du Conseil supérieur de la magistrature (CSPJ) et les troubles sociopolitiques, il est donc difficile d’envisager l’organisation d’une cérémonie hautement solennelle. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

De ce fait, l’OPC dit en tant qu’institution étatique chargée de veiller au respect des droits de l’homme, notamment pour la protection des libertés individuelles et des garanties judiciaires, l’Office de la Protection du Citoyen déplore que la reprise des activités judiciaires dans les Cours et Tribunaux cette année soit marquée par un bilan négatif inacceptable avec un taux de 90% de détention préventive prolongée des procès criminels avec assistance de jury ne se sont pas tenus depuis plus de quatre (4) ans dans la Juridiction de Port-au-Prince.   

L’Institution nationale indépendante de promotion et de protection des droits humains, a également fait savoir que des milliers de prisonniers croupissent dans des cellules dans des conditions inhumaines, cruelles et dégradantes, sans aucun espoir d’être jugés selon la loi.  « Cette situation constitue une grave violation des droits humains des personnes privées de liberté et met en danger l’État de droit en Haïti », a précisé l’institution dans sa note. 

Par ailleurs, l’OPC réaffirme sa pleine collaboration,  et saisit l’occasion pour lancer un vibrant appel aux autorités judiciaires et à toutes les parties prenantes sur la nécessité de conjuguer leurs efforts afin d’adopter, conformément aux prescrits sur les garanties judiciaires, des dispositions visant à organiser des audiences criminelles et correctionnelles spéciales dans la perspective de diminuer progressivement le taux de détenus en attente De jugement dans les dix-huit (18) juridictions des Tribunaux de Première Instance et surtout de faire de la justice un service public dans l’intérêt de la population en général. 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.