Révoqué par l’État haïtien, le consul James Jacques garde toujours son poste en République dominicaine  

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
Photo : Juno7
Écoutez cet article

Polémique en Haïti et en République dominicaine suite à la révocation de James Jacques, consul d’Haïti à Santiago de los Caballeros. Malgré son licenciement, le diplomate haïtien a déclaré qu’il restera en fonction jusqu’à l’arrivée du nouveau consul.  

« Je suis consul et je suis en charge du consulat d’Haïti à Santiago jusqu’à l’arrivée du nouveau consul. […] J’ai lu la lettre, et c’est une lettre qui dit que je ne suis pas consul et que j’ai été appelé et, en attendant que la prochaine personne arrive, en attendant je suis le consul », a-t-il déclaré à la presse dominicaine. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Dans un communiqué le Ministère des Affaires Étrangères et des Cultes (MAEC) avait informé de la décision : « Le Ministère des Affaires étrangères présente ses compliments à l’Ambassadeur de la République Dominicaine en Haïti et à l’Honorable d’attirer l’attention sur le fait que l’ancien Consul James JACQUES du Consulat d’Haïti à Santiago, ni habilité ni qualifié comme signataire d’un accord avec les entités administratives dominicaines. 

Monsieur JACQUES a été rappelé et attend l’arrivée de son successeur pour retourner au pays.  » 

Un rappel qui a été déclenché suite à un incident survenu le vendredi 24 juin dernier en République dominicaine, lors d’une opération de la migration dominicaine dans un établissement commercial, au sud de Santiago, au restaurant Laromate Créole. 

Plusieurs personnes, majoritairement des migrants haïtiens, ont été arrêtées, ce malgré leur légalité sur le territoire dominicain. Tous sont des étudiants de l’Université Technologique de Santiago (UTESA). 

Solidaire à ses compatriotes James Jacques était resté sur place malgré les menaces de certains agents de la DGM. Il voulait garantir que les droits des citoyens haïtiens ayant un statut légal en République dominicaine étaient respectés.  

 « Nous avons un accord avec la République dominicaine qui est clair, qui dit que la migration ne peut pas rapatrier après six heures de l’après-midi, cet accord a été signé en 1991. Les déportations migratoires doivent être faites dans le respect des droits de l’homme, j’ai vu des responsables dominicains qui ont une tendance au racisme contre les Haïtiens », avait ajouté Jacques, apportant un démenti aux informations faisant croire que la Direction de la Migration Dominicaine menait une opération de démantèlement d’un réseau de trafic de passports dans Laromate Créole. Plusieurs documents originaux et propriétés de l’État haïtien ont été saisis lors des faits.  

Facebook Comments

Partagez cet article
Pooshy Rosana
Posté par Pooshy Rosana
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.