Célébration de la vie de Michael Benjamin, le dimanche 6 novembre

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus  - Rédactrice
Photo : Ticket Magazine

Comme prévu, une cérémonie de célébration de la vie de Mikaben a été organisée ce dimanche 6 novembre, à Miami aux Etats Unis, par la famille du défunt. Plusieurs artistes et personnalités publiques ont fait le déplacement, pour rendre un dernier hommage à l’artiste décédé le 15 octobre.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Décorés de Roses jaune et blanc et de photos de Mikaben en grand format, les jardins du centre culturel de Miramar aux Etats Unis, ont acceullis la cérémonie d’hommage dédiée à Michael Benjamin, ce dimanche. Des artistes, producteurs de musique, de vidéo, des fans, journalistes, ont répondu à l’appel, de même que certaines personnalités politiques haïtiennes comme Emmelie Prophète Milcé et Bocchit Edmond, respectivement ministre de la Culture et de la Communication, et ambassadeur d’Haïti aux Etats Unis.

La famille Benjamin, vêtue des couleurs jaune, noir et blanc, a reçu les salutations des invités avant le début de la cérémonie. Au cours de cette dernière, Vanessa Benjamin a raconté sa rencontre avec celui qui sera plus tard son mari, comment leur aventure s’est déroulée jusqu’au mariage. Une petite anecdote sur l’artiste a été révélée.

« Mika ne savait pas cuisiner ni faire le nettoyage. Il ne rangeait jamais les choses en place et il a habité avec moi durant 6 mois. Mais savez-vous qu’après mon mariage, je n’ai jamais cuisiné durant 1 an et demi. Je lui ai appris comment faire et il a tout fait, » a-t-elle poursuivi, avant de conclure avec quelques mots que Mika avait écrit quelque temps avant de mourir. Elle a plus tard reçu pour son mari, deux distinctions de la part de la mairie de Miramar et de la Congresswoman, Sheila Cherfils-Mccormick.

« Merci pour les notes de sympathie. C’est un coup dur pour ma famille et moi. Il était toujours heureux, il riait tout le temps et faisait des blagues, a dit Gaby, son fils aîné, lors de son intervention. Un de mes plans est de faire une fondation au nom de Mikaben, et je veux aussi que ses projets continuent, parce qu’il avait beaucoup, beaucoup de projets.« 

Il a continué en racontant une petite histoire qu’il a vécu avec son père, avant de finir en disant que l’artiste manquera à tous, et en remerciant ceux qui ont fait le déplacement.

« Je voulais remercier ma famille et tout le monde qui est ici. Merci d’être venu pour mon papa, je vous aime, » a conclu Gabriel Benjamin.

Lionel Benjamin, père de Michael, est revenu sur l’enfance de son fils, à qui il a inculqué les bases et principes de la musique, ce fils qu’il décrit comme son partenaire de musique, qui a toujours préféré les lettres aux chiffres. « Mika te nan mizik depi tou piti, li te toujou avek mwen. » a-t-il dit avant de raconter comment ses enfants lui servaient de juges pour ses jingles commerciaux. « Si timoun yo tande l, konnen l ap mache.« 

Il a poursuivi pour raconter le rêve de droit d’auteurs de Mika, pour les œuvres de ses pairs, la déclaration qu’il lui avait faite quand il a sorti la chanson Ayiti se,  » Mika avek mizik sa ou  a, kounya m ka konsidere w kòm yon gran konpozitè Ayisyen« , les conseils qu’il lui donnait et la dernière fois qu’il a été avec son fils et combien c’était amusant.

« Nou  de Tampas à Miami nan machinn nan,l ap  m tande yon bann bagay. Gon mizik li te  pou madanm li, li te banm tande l epi mande m ede l jwenn yon mo.« 

Il a laissé entendre qu’il pensait a terminé cette chanson et l’envoyer à Vanessa, tout en annonçant que pour la fin d’année, une 32e chanson de Noël signée Mika et lui sortira. Mika avait déjà enregistré sa partie, avant de se rendre en France. Remerçiant tous ceux qui sont venu rendre un dernier hommage à Mikaben, Lionel Benjamin dit souhaiter que cet élan d’amour et cette vibration positive qu’il a vu déborder dans le pays suite au décès de son fils, reste et demeure dans le pays pour aider au changement de ce dernier.

Sa Mère Roseline Benjamin, a lu quelques phrases qu’elle lui a écrites, d’abord pour lui dire comment son départ l’affecte, mais aussi que les liens qu’il a partagé avec tous ceux qui l’ont connu, demeureront à jamais grâce aux rêves et à l’amour qu’il a donné.

Ses grands frères et sœurs ont décrit un frère gentil avec un grand cœur, qui bien qu’il fût le plus jeune, les a beaucoup appris. Un frère qui laissait toujours traîner ses affaires et les retrouve toujours, ce qui a valu qu’ils lui fassent une blague, disant qu’il avait un ange constamment à ses côtés, « Mais c’était lui l’ange. » a dit Mélodie, sa grande sœur.

CaRiMi était présent, et Carlo Vieux, membre fondateur de ce groupe très célèbre, a pris la parole pour raconter l’enthousiasme de MikaBen quant à la réalisation de la réunion du groupe. « Li di mesye fòk nou  reyinyon an, nou paka pa  l. Li rele m plizyè fwa. M te  sizan absan nan mond mizikal la paske m te vle kite mizike Mika se moun m te kenbe kontak avel regilyèman. » dit-il, les larmes à la voix, « Li te yon bon zanmi, m pa kwe m janm rankontre yon moun nan endistri sa ki gen yon gran  tankou Mika.« 

« Nou pat Carimi jou sanou te jis yon jazz k ap akonpanye Mika nan sa l tap  a. Nou aksepte l konsanou swete Mika bonne traversée. N ap toujou selebre non misyetoujou  mizik misye mache. E nou menm n ap toujou kontinye  travay pa nou. » a dit Mickael Guirand.

« Mika ap toujou la, a enchérit Richard Cavé. Famille Benjamin, mèsi mèsi paske nou te  m konnen nèg sa. » avant de conclure sur un conseil « Nou toujou panse n ap gen tan, men nou pa gen tan vre. Tan pa gen mèt.« 

Lionel Benjamin, Belo, Shabba, Roberto T vice, Darline Desca, James Germain, Misty Jean entre autres, ont interprété Ayiti se, Olivier Duret lui, a repris Si m te gen zèl, deux chansons phares dans la carrière de MikaBen. Les artistes ont chanté également sa dernière chanson pas encore sortie baptisée Tout glwa se pou ou, une prière adressée à Dieu.

La célebration de la vie de Michael Benjamin s’est clôturée dans une ambiance festive, où des ballons jaune et blanc ont été lâchés.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Par Sam Sarah Devilus Rédactrice
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.