Décès de Nelida Piñón, autrice brésilienne et première femme présidente de l’académie brésilienne des lettres

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus  - Rédactrice
décès de nelida piñón, autrice brésilienne et première femme présidente de l'académie brésilienne des lettres

L’écrivaine Brésilienne Nelida Piñón est morte le samedi 17 décembre, dans un hôpital à Lisbonne, à 85 ans. Traduite dans plus de 30 pays, elle était la première femme présidente de l’académie brésilienne des lettres, équivalent de l’Académie française. L’annonce de son décès a été faite par sa maison d’édition.

Nelida Piñón est décédée aujourd’hui dans un hôpital à Lisbonne. La cause de sa mort n’a pas encore été confirmée”, a expliqué la maison d’édition Record, dans un communiqué.

- Advertisement -
Ad imageAd image

“C’est une grande perte pour la littérature brésilienne. Elle était probablement la plus grande écrivaine brésilienne vivante”, a déclaré l’actuel président de l’académie brésilienne des lettres, Merval Pereira.

Le corps de Nelida sera rapatrié au Brésil, et elle sera inhumée au mausolée de l’ABL, dans un cimetière de Rio de Janeiro.

Née à Rio de Janeiro en 1937, Nelida Piñón est la remière femme à présider l’Académie brésilienne de lettres, en 1995. Elle fut aussi la même année, la première autrice de langue portugaise à recevoir le prix Juan Rulfo. En 2005, le Prestigieux prix Prince des Asturies de littérature la récompense pour l’ensemble de son œuvre, composée d’une trentaine de romans, nouvelles, essais, chroniques, etc. Ses livres sont publiés dans plus de trente langues à travers le monde.

Elle a publié une vingtaine de livres, dont les romans “La Maison de la passion” en 1972 et ”la République des rêves” en 1984, inspiré de l’histoire de sa famille qui a émigré au Brésil depuis la Galice, en Espagne. Le livre traite des difficultés de l’émigration de ses grands-parents.

Elle a également écrit des recueils de contes comme ”Le Temps des fruits” en 1966. Neuf de ses livres sont publiés en France, dont ”La République des rêves”, traduit du portugais par Violante do Canto et Yves Coleman.

Pionnière à plusieurs titres, l’écrivaine Brésilienne est devenue en 1998, la première femme docteure honoris causa de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Par Sam Sarah Devilus Rédactrice
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.