Shakira risque 8 ans de prison pour fraude fiscale

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
Shakira risque 8 ans de prison pour fraude fiscale
Photo : Benin Web TV
Écoutez cet article

Accusée de fraude fiscale, la chanteuse Shakira risque de passer les 8 prochaines années de sa vie derrière les barreaux alors qu’elle clame son innocence, selon la décision du tribunal espagnol.

Ce vendredi 29 juillet, le parquet de Barcelone a annoncé qu’il est sur le point de demander que la star colombienne soit condamnée à plus de huit ans de prison pour fraude fiscale. Dans son acte d’accusation, le parquet lui reproche de ne pas avoir payé ses impôts entre 2012 et 2014, alors qu’elle vivait en Espagne depuis 2011.

- Advertisement -
Ad imageAd image

En plus de sa dette de 14,5 millions d’euros, le parquet espagnol entend réclamer près de 24 millions d’euros d’amende à Shakira, qui clame partout son innocence, et refuse catégoriquement de sceller un accord avec le parquet, disant préférer la tenue d’un procès. Selon ses avocats, la possibilité de parvenir à un accord reste possible jusqu’à l’ouverture de l’audience devant un tribunal.

La chanteuse de 45 ans dénonce une violation totale de ses droits et des méthodes abusives de la part du parquet, et se dit confiante dans le fait que la justice lui donnera raison. Shakira affirme avoir déjà payé ses dettes à la fiscalité espagnole, car elle lui a versé plus de 17 millions d’euros.

La défense de la voix de Waka Waka assure qu’elle ne passait pas plus de 183 jours par an en Espagne (seuil légal pour qu’un citoyen soit considéré comme résident fiscal). De son côté, le fisc estime qu’elle passait la majeure partie de son temps à Barcelone, auprès de son ex compagnon, Gérard Piqué et leurs enfants, alors que la concernée soutient que dans cette période, sa résidence légale était fixée aux Bahamas et qu’elle ne se rendait que de temps en temps en Espagne.

Les avocats de la chanteuse déplorent une persécution déraisonnable et féroce de la part du fisc, et accusent le ministère public d’être intransigeant et de n’avoir aucune preuve directe ou critère raisonnable pour appuyer son accusation, tout en soutenant que jusqu’en 2014 la plus grande part des revenus de l’artiste, provenait de ses tournées internationales.

En mai, un tribunal de Barcelone avait rejeté un recours de Shakira qui réclamait un abandon des poursuites, et son nom figure parmi ceux cités dans les Pandora Papers, une vaste enquête publiée fin 2021 par le Consortium international des journalistes d’investigation, accusant plusieurs centaines de personnalités d’avoir dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment à des fins d’évasion fiscale.

Facebook Comments

Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Posté par Sam Sarah Devilus
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.