Concert de Baky :  échec total du groupe The Plug Network  

Revital Lynch
Revital Lynch
Photo : Richard Pierrin
Écoutez cet article

Le concert de Baky a essuyé un échec hors pair. Le groupe The Plug Network n’a pas été à la hauteur, n’a pas assuré et n’a pas su, encore une fois, tenir sa promesse, les conséquences de l’incompétence du groupe ont fait de l’événement du 24 juin, le théâtre d’un désastre à l’Hôtel El Rancho, un fiasco…  

Encore une fois, Thony Edouard et son entreprise The Plug Network ont causé un tort irréparable à l’Industrie musicale haïtienne, plus précisément au Rap Créole. Après avoir montré un manque de professionnalisme flagrant le 23 août 2020, ils ont récidivé le 24 juin à l’Hôtel El Rancho à l’occasion du concert de Baky.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

The Plug Network n’a pas été à la hauteur  

Le monde de la technologie n’est pas aussi facile qu’on pourrait le croire. Chaque produit, chaque projet présenté au grand public a été l’objet de nombreux tests avant sa publication ou encore avant sa présentation, c’est ce qui fait d’Apple et de Samsung deux des plus grandes compagnies de téléphonie mobile. Les films qui reçoivent les oscars n’ont été déclarés prêts à diffuser qu’après avoir été vus et revus par des professionnels de divers secteurs du cinéma.  

C’est le cas aussi des grands spectacles diffusés à travers le monde sur les plus grands et vrais réseaux de streaming. C’est loin d’être un travail effectué par des amateurs qui se lancent à l’aveuglette dans une conquête de l’inconnu avec l’espoir de duper quelques millions d’imbéciles juste par pur hasard. C’est une affaire de professionnels qualifiés et compétents qui se soucient des résultats et de la notoriété de leurs productions.  

Souvent, des entreprises prennent les choses à la légère et se contentent de dire que ce ne sera une production que pour des Haïtiens et au final, elles offrent un produit de piètre qualité, médiocre et peu satisfaisant. C’est le cas de The Plug Network, à entendre son PDG, Thony Edouard, dans un space sur Twitter, dans lequel il a affiché et maintenu son manque de professionnalisme ainsi que son indiscrétion. Ce dernier a tenté de rejeter la faute sur les conditions du pays, en stipulant qu’Haïti n’est qu’un prétendu pays (‘Peyi nou rele peyi nou an’). Il a tenté inlassablement de se cacher derrière le fait que la Natcom n’avait pas fourni un signal internet à la hauteur.  

Malheureusement, tous les prétextes avancés par Thony ne font que dévoiler son manque de professionnalisme et celle de ses techniciens chargés de la réalisation du concert de Baky. Ayant déjà essuyé un échec le 23 août 2020, il aurait dû gérer ce nouveau concert comme un défi. Si les serveurs n’avaient pas répondu lors du concert de Wendyyy, le 23 août, c’est parce que l’équipe n’avait pas évalué les capacités des serveurs. Il fallait à tout prix éviter de récidiver le 24 juin. Il aurait pu faire des tests avant de se lancer tête baissée dans une aventure qu’il ne paraît pas trop bien maîtriser.  

L’art du spectacle est bien plus que ce qu’on pourrait imaginer, avant de monter sur la scène, il faut répéter le spectacle du début jusqu’à la fin, avec bien sûr les mêmes configurations et mises en place que celles du jour du spectacle. En art dramatique, on parle d’une dernière répétition, plus précisément d’une répétition générale, avec bien sûr le son, l’éclairage, le décor et tous les autres aspects techniques, à jour. Dans le cas d’un spectacle en direct, il faut aussi tester tous les canaux de diffusion et s’assurer que tout est prêt pour une diffusion à un niveau professionnel.  

Ce que Thony Edouard aurait dû savoir, c’est que la Natcom qu’il a accusé et pris comme bouclier, aurait bien pu faire mieux ou encore elle aurait changé de compagnie, selon l’urgence de la situation. Ce n’est pas la première fois qu’on organise des concerts de Rap en direct, sur ce point, on a même une référence, le concert du groupe Rockfam, le 7 juin 2020, qui a été réalisé en Haïti, le pays accusé à tort de ‘peyi kokorat’ par Thony, et aujourd’hui encore, on en parle comme l’un des meilleurs concerts de l’industrie.  

Entre arrogance, insubordination, incompétence et nullité  

Outre son absence de professionnalisme, le prétendu président de la compagnie The Plug Network (prétendu – puisqu’il a lui-même mis en doute son titre au cours du même space, quand il a posé la question : Kiyès ki di w mwen se prezidan ?), n’a pas ménagé son arrogance et il devrait revoir ses capacités de communication ou laisser le chargé de communication de son équipe faire son travail, si jamais il en a un.  

L’équipe de The Plug Network a non seulement commis la grande erreur de retarder le concert de plus de trois heures et n’a même pas eu la décence de faire preuve de discrétion. Le prétendu PDG ne cesse de clamer à tout bout de champ qu’il n’a pas été payé, avant d’expliquer que ce n’est qu’au frais d’un partenariat qu’il a pris ce contrat. Donc, l’équipe de Baky, qui elle aussi a sa part de négligence, devrait repenser ses deals à l’avenir, car certaines compagnies ne sont pas dignes d’un partenariat, ni de confiance. C’est ce que Thony Edouard a prouvé dans ses déclarations. Son discours mal fagoté, rapproche son acte vers une sorte de boycottage.  

Autre constat, le prétendu PDG ne s’est pas excusé auprès du public durant son intervention, au contraire, il a pris plaisir à ridiculiser le public en demandant : Si pa gen wòch ak boutèy… Il a bien fait d’y penser, car il a traité le public, le peuple haïtien comme un peuple non civilisé. Contre toute attente, le public non civilisé qui se trouvait à El Rancho ne s’est pas rabaissé à son niveau pour lui jeter des pierres et des bouteilles, ils ont préféré laisser parler son incompétence, son niveau de nullité qui se rapproche beaucoup plus de l’ignorance.  

Finalement, il n’a fait que rire, Dieu seul sait s’il riait du mauvais coup qu’il a fait à Baky et à ses fans ou encore aux Haïtiens qui ne semblent avoir aucune valeur à ses yeux, à entendre parler Thony Édouard. Visiblement, le groupe The Plug Network est un réseau d’amateurs, sans éthique ni respect du professionnalisme et qui se soucie peu des clients. Baky, ses supporters et toute son équipe ont été victimes d’une bande de récidivistes qui ne semblent pas prêts à tirer aucune leçon de leurs bêtises. Après tout, il est important de reconsidérer cette citation des Français : “seul Dieu les imbéciles ne changent pas”, or vous le savez tous, Thony Édouard n’est pas Dieu… 

Facebook Comments

Partagez cet article
Revital Lynch
Posté par Revital Lynch
Follow:
Ray est un jeune web entrepreneur et journaliste évoluant dans le monde du multimédia. Il est un passionné de la technologie et de ses sciences connexes.