SOCIÉTÉ

Les sex-toys sont très présents aujourd’hui dans les tiroirs de chambres  

Nous assistons depuis un certain temps, la montée vertigineuse de l’utilisation des sex-toys. Que ce soit en couple ou à usage personnel, des gens veulent à tout prix s’en approprier un ou plusieurs modèles. Mais détrompez-vous, les sex-toys ne sont certainement pas l’invention de l’homme moderne : depuis bien des temps, l’homme a toujours accompagné ses ébats sexuels d’un petit joujou. 

En parcourant les écrits du marquis de Sade ou quelques gravures grivoises du 18eme siècle, on aura la certitude que les sex-toys ont toujours été existé. La petite histoire raconte que Cléopâtre aurait inventé le premier vibromasseur. Ce dernier aurait ensuite servi de traitement pour les femmes souffrant de crises d’hystérie au 19ème siècle. 

Si les jouets sexuels ont toujours été existé, leurs utilisations n’ont vraiment pris de l’ampleur que durant les deux dernières décennies. Durant le confinement provoqué par la pandémie de la Covid-19, le chiffre de vente de ces jouets a explosé, et en 2020, le chiffre d’affaires généré par eux dans le monde était évalué à 31 milliards de dollars.  

Selon une étude réalisée par Maïa Mazaurette, 52% des femmes en France possèdent un sextoy contre 50% des hommes. Cette augmentation de l’utilisation du sex-toy est démocratisé par la discrétion assurée par leurs ventes en ligne. Même avec l’ampleur que prennent ces joujoux, les acheter dans un sexshop reste un grand dilemme. 

Et dans notre société également l’utilisation des sex-toys prend de l’ampleur. Depuis quelque temps, des boutiques en ligne en vendent et il en existe même ceux qui sont spécialisés dans leur vente.  

Selon certaines femmes, ils procurent souvent un plaisir plus intense et les permettent d’atteindre l’orgasme ce que souvent le partenaire ne procure pas.  

“M konn finn fè sèks m pa satisfè, mwen pa voye le m rive lakay mwen, mwen pran materyel mwen paske pou m satisfè fòk mwen pipi sou mwen sa ra anpil pou yon gason fè m rive nan nivo sa” 

Advertisements

Nous raconte une jeune femme. Même déclaration pour une autre qui dit l’utiliser pour “aider” son partenaire à la faire jouir. Elle l’a introduit dans ses rapports sexuels avec lui car elle n’atteignait jamais l’orgasme. 

“Mwen te toujou konn itilize vibro pou plezi pam li ka ba w yon nivo ogas ou pat janm panse ou te ka atenn anplis li pèmèt ou konnen kò w. Mennaj mwen genyen la li ra anpil pou li fè m voye mwen pale avel e li aksepte nou itilize l lè n ap fè bagay. M panse sa mete yon ti piman nan rapò nou yo” 

Certains hommes n’ont aucun problème à ce que les femmes aient recours aux sex-toys pour leurs plaisirs que ce soit avec eux ou seule. Pour eux l’important c’est que leur partenaire prenne plaisir pendant l’acte et expérimenté autre chose, d’ailleurs c’est ce qui a poussé un homme à introduire les sex-toys au sein de son couple. 

“Pour ma femme, l’utilisation du sextoy était un péché, elle ne voulait pas en entendre parler et un jour j’ai acheté un vibro et pendant l’acte je l’ai utilisé sur son clitoris. Elle a été d’abord surprise puis elle a aimé et depuis lors nous l’utilisons souvent lors de nos ébats.” 

Le problème pour certains, serait seulement que le partenaire devient obsédé par le jouet jusqu’à ne plus vouloir d’eux ou encore l’utiliser sans eux. 

“Oui ça me dérangerait si ma femme l’utilise sans moi. Si elle le fait c’est parce qu’elle en a envie et que je ne suis pas là. M ap di tèt mwen kanmenm si vibro a gate oubyen gen yon pwoblem kelkonk épi li anvi nenpot lòt moun li jwenn la depi l nan sans li, lap fel avel” 

Quant aux sex-toys masculin, les hommes sont plus réticents à son utilisation. Certains préfèrent leurs mains mais ne jugent pourtant pas ceux qui achètent par exemple un faux vagin ou une fausse bouche. 

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.