SOCIÉTÉ

Rara :  Historicité et Évolution avec le temps 

Rara est une fête rurale qui arrive une semaine après les festivités carnavalesques et prend fin après Pâques. Cette fête rurale se compose de plusieurs ingrédients comme ; Tambour, reine, vasksin, cornet, lampe à gaz, major jon, fwètkach. 

Le rara est l’une des grandes fêtes culturelles du peuple Haïtien. Elle se transmet de génération en génération et attire chaque année des milliers d’haïtiens vivant dans la diaspora. Cette pratique se fasse dans plusieurs lieux du pays, spécialement à Léogane qui détient le plus grand renommé. Seulement dans la plaine de Léogâne, les autorités comptent environ 32 bandes de Rara, et chacune de ses bandes attirent plus de 2000 personnes lors des festivités de la semaine Sainte.                

Le thème Rara, autre son aspect culturel, est souvent utilisé comme expression idiomatique dans le langage haïtien, comme “Vacarme”, expression vulgairement utilisée chez les jeunes haïtiens “Pa vin fè rara la”, qui a le sens très proche de son origine africaine. Mais dans le sens populaire, le thème “Rara” fait référence à des fêtes traditionnelles haïtiennes commençant le lendemain du mercredi des Cendres et finissent le lundi de Pâques. Cette fête se manifeste généralement par une bande de Rara dans les rues, accompagnée d’une immense foule de personnes qui chantent et qui dansent au rythme du tambour, du cornet etc… 

Avant de faire venir une bande de Rara, une cérémonie ou un rituel mené par un chef appelé “Kolonèl” doit être réalisée. Il est responsable de toutes déclarations jugées bonnes, afin de mener les participants à bon port. Dans ce rituel, le “Kolonèl” interpelle les esprits, pour eux, les esprits sont responsables de leur protection ainsi que celles des participants. Cette cérémonie se fasse dans leur lieu de rassemblement nommé “lakou”. Après le rituel, la bande se déplace avec une quinzaine de personnes, qui, au fur et à mesure atteindra jusqu’à 100 et plus au long de la route. 

Selon Jean Coulanges, un entrepreneur et professeur à l’Université d’Etat d’Haïti, cette pratique des jongleurs haïtiens est similaire à celle des descendants actuels des Mayas du Guatemala et de l’Equateur qui honorent la nature de cette manière. 

Selon la tradition orale, le Rara s’est développé principalement à Léogane et dans l’Artibonite. Selon les dires, la reine Anacaona qui habitait a Léogane, se déplaçait assez souvent avec sa garde d’honneur vers l’Artibonite pour rendre visite à son Mari, Caonabo, cacique du royaume du Maguana qui est l’actuel département de l’Artibonite. Pour se déplacer la reine utilisait de la musique tout au long de la route, c’est la raison pour laquelle cette tradition compte beaucoup pour les deux régions du pays (Léogane et Artibonite). 

Advertisements

“Rara vle di on pakèt bagay pou nou, depi nou leve se sa nou jwenn gran paran nou ap fè. Lè w pale de Rara se youn nan pi gwo fèt peyi a konnen. Latibonit sitou, se sak fè noumenm nan Latibonit, nou fè on pakèt efò pou nou mete rara nou an nan on nivo ki trè wo”, a déclaré Alexandre Compère, un organisateur de bande-Rara a Petite rivière de l’Artibonite. 

Il continue pour expliquer l’impact des problèmes économiques du pays sur cette fête culturelle dans la région de l’Artibonite. “Gen yon bagay ki rele senn ki te pèmet ou wè ki bann ki ap vini depi de lwen, nou pa wè yo ankò nan rara, yo retire yo. Gen yon lòt bagay ki rele jandam ki te konn nan bann yo, nou pa wè yo ankò, yo retire yo. Mank mwayen ekonomik” déclare-t-il. 

Le rara n’est plus le même depuis plusieurs années, les traditions changent, les gens ont peur à cause de l’insécurité, ils ne partagent pas l’envie, même les autorités ne sponsorisent plus cette activité, qui va avoir un impact sur les bandes-rara, puisque les bandes-rara perdent de plus en plus dans leur audience et aussi dans le nombre des participants. 

REDACTION : Mackendy FILDERICE  

COPYRIGHT : NETALKOLE MEDIA 2022 

Facebook Comments

Mackendy Filderice
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.