Richie, un des plus grands noms du panthéon musical haïtien 

Revital Lynch
Revital Lynch
richie, un des plus grands noms du panthéon musical haïtien 
Écoutez cet article

Ingéniosité, originalité, créativité sont trop peu de mots pour qualifier le génie Jean Hérard Richard, percussionniste, compositeur, chanteur et autoproclamé “superstar maker”, mieux connu sous le pseudo Ritchie. Il a vu le jour le 4 octobre 1969, à Port-au-Prince, il a grandi et a reçu sa formation scolaire au Cap Haïtien avant d’émigrer aux Etats-Unis, en 1990, où il a fait ses études au Community College Music Technologie. Jean Hérard Richard est marié. Il est père de deux filles. 

C’est à l’âge de 11 ans que Richie toucha ses premières baguettes et fit connaissance avec son instrument de prédilection, la batterie. Il fonda Power X, son premier groupe en classe de 9e année fondamentale. Plus tard, en classe de terminale, il forma le groupe Fashion avec lequel il enregistra 3 musiques. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Richie fit un vrai début dans le monde musical professionnel en 1992. Après avoir émigré aux Etats-Unis pour vivre avec sa mère, il intégra un groupe de musiciens américains et séjourna quelque temps au sein d’un autre groupe avec des jamaïcains qui jouaient les rythmes de R&B et de Reggae. Plus tard, il fonda Tah-Paj avec des musiciens aujourd’hui très réputés dans l’industrie musicale, comme : Arly Lariviere, Gazzman “Couleur” Pierre, Nixon Mésidor… Avec Tah-Paj, il réalisa un album intitulé « Bozo », l’aventure dura seulement quatre ans, après quoi, il rejoignit Jean Brutus Dérissaint au sein du groupe Zenglen. Avant d’intégrer Zenglen, il a mûrement réfléchi, car il n’était pas un fervent admirateur du Konpa, après quoi, il intégra officiellement le groupe en 1997 et se comporta en vrai leader aux côtés de Brutus. 

A côté de Gracia Delva le chanteur principal du groupe, Richie, Nickenson Prud’homme et Brutus ont été à la fois musiciens et chanteurs au sein d’un Zenglen qui a fait la pluie et le beau temps au tout début des années 2000 et plus d’une décennie après. Les compositions de Zenglen, dont la grande majorité sont de Richie, interprétées par Gracia Delva, marquaient plus que jamais la génération de l’époque. Il a produit des hits comme « 5 dwèt », « 5 kontinan », « 5 etwal », « 5 vitès », « 5 sans +1 », une série qu’il a lui-même initiée au sein de Zenglen pour ne pas dire du Konpa en général. A côté de ce travail intéressant, le maestro a copieusement réalisé une pléiade de hits tels que : “Flannè femèl, B.S production, Fich bòlèt, Lanmou pa konn diaspora, Child support, FKD, Pal kokal, Alanvè, St. Valentin, Fè l vini anvan, Priyorite, Mizik sa, Pitit deyò, Move siyal”. 

Il faut surtout noter que Richie n’est pas seulement un compositeur… À titre de chanteur, il a un palmarès de tubes très appréciés comme : « Sexy love », « Body & soul », « Pou manman’m », « Yon ti bo », « Mwen renmen w », « Superstar maker », « Suk sale », « Cap-Haïtien », « Pitit deyò », « I am sorry »… 

A côté du musicien et du maestro on retrouve aussi un leader et un motivateur. Alors que le public ne croyait pas dans les capacités du chanteur Gazzman à interpréter une composition à caractère sentimental comme « Ou se », – un hit qu’on retrouve sur l’album « Happy 50 – Le Konpa », une réalisation de Richie et Zenglen – le maestro a réalisé l’impossible. Depuis cet exploit Gazzman y a pris goût et s’est lancé dans l’interprétation de tubes sentimentaux comme “heartbreak and misery” et il a même réalisé un album dont la majorité des compositions ont abordé ce thème. Outre son exploit avec Gazzman, Richie a aussi éveillé le génie d’artistes comme Gracia Delva, Kenny Desmangles, Jean-Baptiste Frérot, Réginald Cangé, Dabens, Clemay, Holywood… C’est dans ce contexte qu’il s’est autoproclamé “Superstar-Maker”. 

Avec Zenglen, Richie a réalisé des albums comme “Easy Compas, Let it groove, Do it right, 5 Etwal, 5e Vitesse…” Des œuvres qui ont particulièrement marqué les amoureux du Konpa. De plus, le maestro a réalisé trois autres albums dans son répertoire personnel : “Le konpa”, “Back to the future” et “Dix ans plus tard”. 

En 2011, Richie a mis fin à l’aventure Zenglen et s’oriente vers quelque chose de nouveau, “Bagay Nèf” qui deviendra plus tard “Klass”, un groupe qu’il a fondé en compagnie de El Pozo et Nixon Mésidor, Edersse Stanis “Pipo”. Depuis la fondation de son groupe, en avril 2012, Richie et Klass ont réalisé 3 albums : “Fè l vini avan”, “Fè l ak tout kè w”, “Ret nan liy ou”. Ils ont promis un quatrième album sous peu. 

À l’instar de Coupé Cloué, Richie parle de sexe dans ses compositions et il le fait d’une manière tellement classique que certains ne se soucient même pas de ce fait, car ils se laissent séduits par l’élégance de cet acte. Les textes de Richie sont souvent marqués de jeu de mots, il fait souvent appel à la créativité quand il s’agit de traiter ses textes. Il prend le soin de dire avec beaucoup d’humour ce qui pourrait déplaire à certaines personnes qui se soucient des grossièretés très présentes dans certains textes musicaux de nos jours. 

Les talents et compétences de Richie lui ont permis d’adapter des textes de chanteurs et musiciens étrangers sur le rythme du Konpa, il a réalisé un grand exploit avec le tube “Héro” de Enrique Iglesias ainsi que “I need you” de Marc Anthony et il a adapté en version Troubadour, une pléiade de chansons françaises sur un mashup intitulé “J’aime ce troubadour” gravé sur son album “Happy 50…” Il y a d’autres réalisations comme “No air” de Chris Brown et un autre mashup Konpa, intitulé Bon anniversaire, dans lequel il reprend plusieurs chansons d’artistes étrangers pour en faire un hit qui marque souvent les soirées d’anniversaires. 

Le maestro est un grand visionnaire. Avant même que l’expression diaspora ne soit au cœur du raboday, il avait déjà produit un tube sur le sujet, “Lanmou pa konn dyaspora”. Pour chaque occasion, Richie a un tube : “St-Valentin, Noël, Vakans, Child Support, Pitit deyò, Manman, Papa, I’ m sorry…” 

Richie a déjà à son actif plus de 70 œuvres et compositions, à travers ses compositions et productions, il a abordé de nombreux et différents rythmes à savoir Konpa Manba, Kadans Ranpa, Rap, Konpa Rousi, Troubadour, Techno, Jazz, Salsa, et autres… Il a porté le flambeau de la musique haïtienne en Amérique tout comme il l’a fait en Europe et sa quête se poursuit encore, car la musique lui réserve beaucoup d’autres surprises tout comme il a encore beaucoup à offrir à la musique haïtienne. 

Il fait partie de cette génération de musiciens qui ont contribué à l’évolution du Konpa et ont tenu le rythme au chaud dans le cœur de chaque Haïtien qu’il soit amoureux ou non du Konpa. 

Facebook Comments

- Advertisement -
TAGGED: ,
Partagez cet article
Follow:
Ray est un jeune web entrepreneur et journaliste évoluant dans le monde du multimédia. Il est un passionné de la technologie et de ses sciences connexes.