I-TECH

La nomophobie, cette dépendance qui tue la santé à petit feu, mais aussi les relations 

myella via Getty Images. La grande dépendance au smartphone a un nom : la nomophobie.

Savez-vous ce qu’est la nomophobie ? C’est cette inquiétude de ne pas avoir en sa possession son smartphone, et cette tendance est le mal de notre siècle ! 

La phrase « No Mobile Phone » et « Phobia » une fois contractée accouchent le terme « nomophobie », la récente dépendance aux smartphones suite à leur vulgarisation sur le marché, et malheureusement plusieurs personnes y sont infectées, particulièrement les plus jeunes. 

Une étude menée en 2008 par la UK Post Office, révèle que plusieurs utilisateurs de téléphones portables présentent des signes d’anxiété lorsque leur smartphone est cassé, perdu ou lorsqu’il est à court de batterie ou quand la couverture réseau est mauvaise dans une zone d’utilisation. 

Le syndrome de la nomophobie touche particulièrement les jeunes âgés de 18 à 25 ans, et les cadres très dynamiques. Ces derniers sont attachés aux réseaux sociaux ou simplement… à leur appareil photo, voulant à tout prix immortaliser des moments. 

UK Post Office avance que les smartphones sont multi-fonctionnels, ils permettent de regarder [faire] des vidéos, d’écouter de la musique. Ils donnent l’heure, servent de réveil, de lampe torche, de GPS. Et plus important encore, avoir un téléphone portable technologique permet d’exécuter des recherches rapidement sur internet. 

Advertisements

De ce fait, toute notre vie se retrouve dans notre téléphone, s’en passer est presque impossible. Des personnes, particulièrement les jeunes, peuvent se retrouver lors d’un rendez-vous en tête-à-tête ou de groupe, et ne pas se parler, leur seule priorité : consulter leur smartphone !  

Une habitude qui n’est pas sans conséquence puisqu’elle affecte la santé physique autant que mentale de ses victimes. Les addictés angoissent, la plupart deviennent agressifs lorsqu’ils sont dépossédés de ce mal nécessaire.  

Oublier son téléphone ou l’égarer peut provoquer un niveau de stress énorme sur le cerveau du concerné. Il est distrait et ressent un grand vide. 

Le téléphone devient alors un membre à part entière de son être, de sa personnalité. Cette personne ne peut pas s’endormir si son “joujou” ne se trouve pas prêt d’elle pour répondre à des messages… ou encore pour simplement faire défiler l’écran sans pour autant rien faire de sérieux. 

Un smartphone aussi petit qu’il soit écarte les gens, et prend tout l’amour que son utilisateur devait donner à son entourage : famille, proche, et affecte les performances au travail… En plus, les écrans de nos smartphones ont un impact négatif direct sur nos yeux surtout le soir à cause de la luminosité [excessive]. Aussi, dormir avec un de ses gadgets sous son oreiller est hyper dangereux et déconseillé. 

Facebook Comments

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.